Histoire : généralités, nos58 à 69 ; préhistoire : 70-71 ; ancienne, nos 72 à 78 et du moyen âge, nos 79 à 100 ; moderne et contemporaine, nos 101 à 111.
Les Etats membres ont également approuvé une coopération renforcée avec les pays méditerranéens : la négociation accélérée daccords opérationnels entre Frontex et les autorités d'Égypte, du Maroc et de la Turquie, un projet opérationnel spécial avec la Tunisie à la recherche pour les couples de relations sérieuses pour renforcer ses capacités de contrôle.
Elle dissocie ainsi clairement les insuffisances du contrôle des frontières extérieures, qui relèvent de lexamen européen, des circonstances dordre public, dont lévaluation est nationale.Les deux pays ont donc clairement contourné, voire détourné, les règles applicables dans lespace Schengen, lItalie en ne respectant pas les règles doctroi de permis de séjour, la France en ayant massivement renforcé ses contrôles de police dans les zones frontalières avec lItalie au point.Ladoption du règlement, qui augmentera les capacités de lagence, a été retardée car les Etats membres ont refusé certaines garanties, notamment sur les droits fondamentaux, demandées par le Parlement européen pour encadrer les opérations de Frontex.Le programme général «Solidarité et gestion des flux migratoires qui nest pas conçu à ce jour pour des situations durgence, pourrait dores et déjà être renforcé et assoupli pour répondre plus rapidement aux demandes d'assistance.La Commission adopte une nouvelle fois une approche suiviste devant les exigences dEtats membres dont la dureté trouve en partie sa source dans des visées électoralistes, notamment en France, en Italie et au Danemark.La Commissaire répond, qui plus est, à nouveau au souhait des Etats membres de faire accéder les forces de police à Eurodac, la base de données des empreintes digitales des demandeurs d'asile.
Si cette assistance est certes encore insuffisante, cest aux Etats de la renforcer.
Les concessions en matière de libéralisation des visas, qui permettraient dés à présent de trouver une solution avec les pays dorigine et de faciliter les retours, sont pour lheure écartées.




Lapproche sécuritaire des Européens est prépondérante dans les accords conclus avec les pays de départ et de transit.Sciences auxiliaires : archïvéconomie, paléographie, diplomatique, chronologie, sigillographie, numismatique, généalogie, héraldique, etc.La conditionnalité ne devrait enfin être envisagée que sur une base mutuelle et réciproque : lUnion européenne tenant ses engagements en matière dasile, de qualité daccueil, de libéralisation de visa et dappui à la lutte contre limmigration irrégulière en échange dune bonne coopération pour promouvoir.Limpact politique de cette évolution est très lourd pour lUnion européenne.Elle sen tient donc à une position dattente en ce qui concerne la mise en œuvre de la directive 55/2001 relative à la protection temporaire.SynthÈSE, les débats européens sur la gestion des flux migratoires en provenance du Sud de la Méditerranée, suite au déclenchement du printemps arabe et de la guerre en Libye, ont été particulièrement difficiles.
Barroso, dans leur lettre commune du 26 avril, dexaminer «la possibilité de rétablir temporairement le contrôle aux frontières intérieures» des Etats.



Le rôle de frontex pour faire converger les capacités vers les lieux confrontés à une arrivée massive de migrants doit être développé.
3 - Adopter un régime dasile commun favorable aux droits et à lintégration des réfugiés Le régime d'asile européen commun doit être exemplaire pour faciliter les conditions de vie des réfugiés, le traitement de leurs demandes dasile et la recherche de la solution durable.

[L_RANDNUM-10-999]