fille de medellin à la recherche pour le sexe

Tout le monde est habillé en cow boy de luxe.
Il avait été hier à la morgue et il a reconnu à un feu rouge le chauffeur et la camionnette qui récoltent les cadavres.Après avoir laissé passer une minute, je me suis avancé pour regarder dans la direction du second Parc de Laureles : une vieille voiture au milieu de la rue avec un conducteur qui ne bougeait plus et les passants qui sortaient de leurs refuges pour regarder.Après 14 heures de tournage, on ne peut plus attendre, on tourne quelques plans entre les morceaux de musique.Aucun des fils de fer installés par de nouveaux propriétaires (investisseurs de la ville qui ne font rien de leurs terres) ne nous résistent : un des chefs en tête de file descend de cheval pour couper les barbelés avec une pince femme cherche homme workopolis réunions torino spéciale quil porte.Dimanche dernier, pour la fête des pères, il y a eu 34 morts.Parce quil est mineur et malgré les diverses condamnations qui pèsent sur sa tête, il vient dêtre relâché après quelques jours de prison.Il y en a un qui rit tout le temps nerveusement, cest son comparse, un très jeune sicario (tueur professionnel) très brun et plein de tics.
Hold up Nous avons un compte au Banco Popular de notre quartier de Laureles.
Mais ce nest rien, le plus dur est à venir.




Un homme jeune et bien habillé venait de lui mettre un pistolet 9 mm à répétition dans le ventre tout en lui prenant son téléphone portable de la poche arrière.Un personnage pour Fassbinder.Avant hier, nuit pluvieuse, aucun des membres de son gang de quartier ne faisait la garde pour se protéger du gang ennemi voisin qui en a profité pour se faufiler jusquà la maison de son meilleur ami pour le tuer.À partir de XXX films.Avant le tournage, la costumière prenait des photos pour les raccords costumes.Le train est resté bloqué une demie heure dans un hangar en fin de ligne avec tous les figurants qui protestaient pour aller aux toilettes et manger, encore une demie heure de perdue pour cela.A mots couverts, toujours riant, par allusions, il se vante de quelques exactions.Quand je suis revenu, un jour plus tôt que prévu, de Bogota, la famille Vallejo avait profité de notre absence pour loger dans notre maison un violentologue français qui faisait une communication à luniversité.Ils lont dabord blessée, elle est arrivée à séchapper, ils lont rattrapée deux rues plus loin.La police, pour une fois, a essayé dintervenir : 2 morts dans leurs rangs mais seulement 4 otages pris.Cest à Envigado que nous avons fait hier notre fête de fin de film dans un centre de lOpus Dei à louer pour des conventions, de «Lupus Dei» comme le prononce mon chauffeur.
Tout le monde était affecté par limage et le symbole de ce «happening» conceptuel.




[L_RANDNUM-10-999]