Une soixantaine, peut-être ne sais plus.
Une peur trouble s'est installée.
Une très jeune fille obsédée par le sexe a fait une révélation choquante à propos de sa dépendance sexuelle.
Je relongeais ces longs couloirs à la lumière blafarde, couloirs étroits, où résonnaient mes pas, le bruit de ma démarche heurtait les murs et les portes fermées me suffoquaient comme si j'allais à nouveau pénétrer une de ces cellules grises.Ma première 4e, deux filles de la classe m'ont fait subir le martyr.Toute ma vie (je ne suis pas si vieux) venait de me revenir, en un instant, comme un défilé imperturbable d'images, de sons, de visions, de couleurs, de pensées, d'impressions.A la fac, ça n'a pas changé.Pourtant, quand mon cousin vient à la maison, il dort avec moi.".Je n'étais pas très volontaire, je préférais aller chez ma grand-mère, le mercredi, regarder Goldorak et jouer dans la cour.On est cependant bien loin d'irvin.On passe du agence d'hommes et de femmes venezuela rire au dégoût en un seul jet de dés, tout en cogitant intensément, et comme le dit un collègue et néanmoins ami de Luke, le pire c'est que le raisonnement tient la route du fait d'une logique interne, d'un strict point.Lenseignant a contacté sa tante qui a contacté une ONG pour obtenir de laide.C'est sans doute un des aspects les plus drôles du roman : prières, culte dé-dié, vénération.
Mais c'était un nouveau barreau que je rajoutais, inconsciemment, à ma porte blindée!




Pourtant, au travers des barreaux, je voyais au loin des désirs naître, grandir, des fantasmes devenir obsessions, mais jamais personne, au parloir, ne venait me l'expliquer.On me disais fragile, le fi-fils à maman, toujours dans ses jupons, isolé, raillé car incapable de faire une reprise de volée."Non, pas là!" m'a-t-elle dit, et là j'ai compris, moi qui ne m'imaginait pas désirable puisque ne désirant pas!Il m'étais bien arrivé d'entendre des choses compliquées dans la cour de l'école, ou dans le square de notre cité HLM, de la part des plus grands : "t'es qu'une tapette".Dernier jugement, ce mois de mai 2004, il faisait décidément trop beau pour rester enfermé!Sa situation est venue quand elle a avoué à son enseignant ce quelle traversait blind dating résultat après que le professeur ait remarqué un comportement anormal chez elle.Partant du principe que notre histoire personnelle, le fondement de notre personnalité se sont construit par un élagage progressif de notre potentiel pour laisser survivre un moi étriqué, comme un costume étroit aux entournures, Luke cherche un moyen de s'échapper de ce carcan et s'en.Je l'ai vu embrasser cette estivante, et il a essayé de me refiler sa petite soeur.Dans ces années 80, on ne discutait pas beaucoup en famille de ces choses là, chacun faisait son parcours.
Selon elle, lorsque lhomme qui la initiée a déménagé pour Bafang, elle a rencontré dautres hommes a Douala sans que sa tante ne le sût.
Je gardais mes réflexions innocentes pour moi.


[L_RANDNUM-10-999]