Jeannine, jeannine Ouellette, cliquez pour voir la page, facebook des Elles du Nord.
La blague fait rire la grande tablée.
Stéphane TrompilleMme Frédérique TuffnellM.Les femmes flânent moins que les hommes.Ensemble, nous nous rappelons la petite et grande histoire dun coin du monde né le long de la voie ferrée, dans les mines et les usines, au coeur des cuisines et des chantiers, au beau milieu des arbres.Christine nen sait rien, mais elle se souvient de ces paroles prononcées par sa grand-mère dans le Nord de lOntario!Jeannine Ouellette, Il était une fois mon village, Origines des noms des lieux du Nord de lOntario, tome 1, Les Productions Triyana, série Les Elles du Nord, 2016,.Voyage culinaire à travers l'Europe, les mystères du Mont-Saint-Michel, les microbes sont dans la place!Bénévole au sein des nombreuses causes qui lui tiennent à coeur, elle fut décorée de la médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II pour ses engagements. .Gilles Le GendreMme Constance Le GripMme Martine Leguille-BalloyM."Nous devons rester modestes et patientes, conclut Monique, nous n'avons pas encore modifié tous les comportements dans l'espace public, nous avons juste changé l'image des femmes au café.Nicolas TurquoisMme Cécile UntermaierMme Hélène Vainqueur-ChristopheMme Isabelle ValentinMme Alexandra Valetta ArdissonM.Dans tout ce quelle entreprend, elle se laisse porter par la sagesse de ses grands-mères qui lui ont enseigné lamour des gens, lamour de la nature et lamour de la Terre Mère.
Bernard DeflessellesMme Typhanie DegoisM.
Chaque ville les femmes des recherches séparées pour les ou village a droit à une courte description sur lorigine de son nom, puis une rubrique «Le saviez-vous?» Prenons Blind River comme exemple.




Un merci chaleureux à la journaliste Andréanne Joly pour son article présentant mon livre «Il était une fois mon village : origine des noms des lieux du Nord de lOntario (tome 1) publié dans le journal Le Voyageur, édition du 21 septembre 2016.Et les femmes ressentaient beaucoup d'appréhension".Il y a des expressions bien connues que lon retrouve dans la grande majorité des familles canadiennes-françaises et qui proviennent de nos ancêtres (avoir la couenne dure, venter à écorner des boeufs, se tirer une bûche mais chaque famille développe aussi son propre patrimoine dexpressions.On pourrait certainement dire que les droits des femmes et les droits des francophones sont la signature du dévouement de Rose Viel.Je remercie chaleureusement les Éditions David davoir inclus mon texte La route 11 dans leur recueil 2016 dont le thème était «Racontez un amour inoubliable!». .Erwan BalanantMme Géraldine BannierM.Elle fut présidente du Club canadien-français de Thunder Bay de 1999 à 2007.Bertrand BouyxMme Pascale BoyerMme Valérie BoyerMme Yaël Braun-PivetMme Marine BrenierM.On est arrivées à 7 ou 8 femmes, il nous regardait avec de grands yeux pendant qu'on s'intallait.
Depuis 2005, Rose est impliquée auprès de CentrElles, le Centre des femmes francophones du Nord-Ouest de lOntario.





Genre et Ville, qui suit l'évolution de ces actions depuis le début.
Buon TanMme Liliana TanguyM.

[L_RANDNUM-10-999]